Je suis censé jouer avec mon fils ?

Catégories Info

jouer photo

Le problème des enfants qui soumettent leurs parents au jeu
Beaucoup de ceux qui osent admettre qu’ils détestent jouer avec leurs enfants (ou du moins qu’il n’est pas toujours agréable de jouer ensemble) ont appris des experts qu’ils ne devraient pas jouer le jeu et qu’ils devraient laisser l’enfant prendre l’initiative. Mais ils suivent cette théorie trop littéralement.

Retrouvez ici plus d’information concernant les tricycles bébé.

Le problème, c’est que la façon dont les enfants veulent jouer n’est souvent pas la façon dont les parents veulent jouer.

D’abord, les enfants adorent faire la même chose encore et encore et encore. Ils sont programmés de cette façon. C’est ainsi que vous apprenez ; c’est ainsi que vous pratiquez une compétence jusqu’à ce que vous puissiez la maîtriser. Mais il est compréhensible que les parents ne veuillent pas répéter le même jeu tout le temps, du moins pas avec l’obsession particulière avec laquelle l’enfant veut le faire. Une mère, dont le fils lui a demandé de jouer au « Discoball » avec lui, plusieurs fois, toujours de la même façon, a écrit : « Bien sûr, c’était amusant les 500 premières fois… mais maintenant ça commence à être épuisant.

Les enfants veulent parfois même soumettre leurs parents dans le jeu juste pour le plaisir d’être en charge d’eux.

Ils deviennent de petits tyrans, et certains parents le permettent parce qu’ils pensent que c’est juste. Par exemple, une mère a décrit comment sa fille, dans le jeu  » faisons semblant que… « , a demandé à sa mère de dire exactement ce que sa fille suggérait et seulement au moment précis où sa fille lui a donné la permission de parler. La fille se mettait en colère quand sa mère changeait ses blagues ou ne les racontait pas au bon moment.

Voici donc un problème qui survient lorsque les parents et les enfants jouent ensemble. Nous – et quand je dis « nous » je ne veux pas dire « nous papa », je veux dire « vous les mamans » – avons subi un lavage de cerveau et nous croyons que notre tâche est de répondre aux besoins de nos enfants pratiquement toujours, parfois en leur disant exactement ce qu’ils doivent faire et parfois en poursuivant leurs caprices.

Dans certains contextes, nous sommes les patrons, parce que nous pensons que nous sommes tenus de le faire pour leur propre bien. Mais dans d’autres contextes, et particulièrement dans le jeu, nous pensons à tort que notre tâche est de permettre à nos enfants de nous commander.

Mais agir en tant que leader, dans les deux sens, détruit le jeu et finit par détruire les relations. Pour jouer, il faut négocier et s’entendre afin de répondre aux besoins de tous, et non pas se soumettre et se soumettre à des brimades.

La capacité d’exprimer son mécontentement, de se rebeller, d’arrêter, est ce qui fait du jeu un puissant véhicule d’apprentissage social. Lorsque nous permettons aux enfants de dominer le jeu, de ne pas être attentifs à nos besoins et à nos désirs, nous détruisons la valeur sociale du jeu. Nous ne rendons pas service à nos enfants en « jouant » avec eux de cette façon. Au contraire, on pourrait en faire des gosses gâtées.